Nîmes et les inondations : un vrai problème

Un véritable fléau tous les habitants nîmois il s’agit bien sûr des inondations. La capitale gardoise de 150 000 habitants subit chaque année de nombreux épisodes cévenoles (ou méditerranéens) dans lesquels la pluie s’abat en quelques heures dans des proportions gigantesques.

L’événement le plus dramatique est bien sûr les inondations de 1988, mais cette ville n’a pas subit que celle-ci, n’oublions pas celles de 2002, 2005, 2014…même si certaines sont plus ou moins violent, elles sont souvent dévastatrices et peuvent casser le moral lorsqu’on les subit. 

Tout d’abord, il faut savoir que Nîmes n’est pas très bien située compte tenu des circonstances. D’une part elle possède de nombreuses zones inondables (dont la plus grosse le quartier du cadereau).

D’autre part, la capitale gardoise est entourée de sept collines d’une hauteur variable (qui est au maximum de 214 mètres dans le quartier du camp des garrigues). En bref, la ville subit de fortes pluies partout autour qui vont ensuite descendre de ces collines pour se rabattre dans la petite Rome. La ville a donc une forme de « cuvette » où toute l’eau qui tombe autour et dans la ville se retrouve obligatoirement dans la capitale gardoise. 

C’est ainsi que la ville est très touché par les inondations et se concentre désormais pour éviter tous retours d’inondations. 


Quelles solutions peu à peu trouvées ?


Au fur et à mesure des années, la ville s’est intéressée à ce problème dévastateur. Elle a crée notamment un circuit pour l’eau plus précisément un cadereau (d’où le nom du quartier nîmois) artificiel. Celui-ci qui est à sec toute l’année permet en cas de très fortes pluies de faire circuler l’eau en dessous des maisons pour éviter tous dégâts sur les habitations et habitants. 

Ces travaux dans le quartier ont coûtés 41 millions d’euros (Ville de Nîmes : 50 % – Etat : 25 % – Nîmes Métropole : 15 % – Région : 10 %). Un coût certes conséquent mais nécessaire pour minimiser ces catastrophes naturelles. Désormais le cadereau artificiel permet de transporter un débit d’eau entre 25 et 125 mètres cubes, pour ensuite être exporté en dehors de la ville notamment dans les bassins de retentions qui ont été conçus aussi pour  stocker l’eau, et, éviter d’inonder et la ville de Nîmes ainsi que les communes voisines. 

D’autre part, la ville a aussi racheté de nombreuses maisons pour permettre, et d’effectuer les travaux, et de faire déménager les habitants les plus touchés même en cas de pluies moyennement dangereuses.

Les travaux d’aménagements du Cadereau.
Image : France Bleu Gard Lozère

Et aujourd’hui, quelles conclusions ?


A ce jour, ces travaux semblent fonctionner. Depuis 2014, aucune inondations n’a été recensées malgré quelques alertes et fortes pluies comme chaque année. Cependant, la ville est toujours prête en cas de problème et a toujours un protocole très stricte a appliqué (protocole sur le site de la ville de Nîmes). Espérons que cela ne se reproduise plus. Et, pour les éviter au maximum, évitez de vous installer dans une zone inondable.


Auteur

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.