Au fil du temps … le DENIM

Vous portez sûrement un jeans en ce moment même comme beaucoup d’entre nous. Ce ne serait pas étonnant puisque chaque année 2,3 milliards de jeans sont vendus. Mais connaissez-vous l’histoire de se bout de tissu que vous portez sans même vous en rendre compte. Car même si de nos jours acheter un jean est instinctif, ce ne fut pas toujours le cas (c’est le prix qui a surtout changé malheureusement).

Le mot « DENIM » que l’on retrouve partout, comme nom de marque mais aussi sur beaucoup de nos vêtements est en fait l’abréviation de « De Nîmes » qui avec le temps s’est transformé en un « DENIM » plus moderne et vendeur.

Le denim n’est pas la seule spécialité locale, il y a aussi les indiennes de Nîmes (plus connues sous le nom d’arlésiennes) mais aussi la soie qui a fait la richesse de la ville. Propulsant Nîmes à la troisième place des villes industrielles françaises derrière Paris et Lyon aux XVIIIe siècle. Mais cela sera le sujet d’un autres article.

Pour le commun des mortels le jeans denim est vêtement américain symbole de la ruée vers l’ouest. Mais la vérité est tout autre, son origine ne vient pas des mineurs d’or de l’ouest mais des bergers cévenols ! Ah nos Cévennes on les aime, on les admire et cela depuis toujours à Nîmes même si elle n’est pas est une ville cévenole. Un comptoir commercial important pour les marchands cévenols mais c’est aussi un lieu familial et de pouvoir lié aux Cévennes depuis toujours. Mais la vie n’y est pas la même, les besoins des citadins ne sont guère similaires à ceux des cévenols. La vie y est plus rude et le travail aussi, les bergers partant pendant des semaines pour les transhumances, arpentant les montagnes à longueurs de journées rentraient souvent avec des vêtements déchirés par les buissons et rochers parsemés un peu partout. Il fallait donc trouver une solution, ainsi à Nîmes l’on inventa le sergé de Nîmes, ancêtre du moderne Denim.

Ce tissu très résistant et facilement raccommodable fut une bénédiction pour les habitants des Cévennes mais aussi les agriculteurs des alentours. Son prix peu élevé permit à tous de s’en procurer un. Ainsi cette toile gagna le Gard entier en toile de remorque ou en vêtement, utilisée pour tout et par tous !

Le commerce Nîmois étant très important, ce fameux tissu ce retrouva rapidement de l’autre coté de l’atlantique aux Etats Unies où ses propriété firent de lui un incontournable du rêves américain. Le jean prit donc l’essor qu’on lui connait aujourd’hui après avoir conquit le Gard, il conquit le monde, preuve qu’il à des origines romaines.

Cela profita à Levi Strauss qui grâce à ce matériaux innovant fit fortune en un rien de temps. Il lui suffit d’ajouter des rivets pour inventer le jean denim. « Denim » en anglais veut d’ailleurs dire toile de jean.

L’histoire ne se souvient que de ce dernier, rendant le jean et le denim à jamais américain. A croire que le rêve cévenole était moins vendeur que son homologue américain. Mais heureusement nous sommes là pour rétablir un semblant de vérité en rendant hommage à nos chers bergers cévenols qui se sont fait voler la vedette par de vulgaires chercheurs d’or cupides qui ont traversé l’atlantique pour trouver ce dont regorgent les terres gardoises !

avatar

brice delamare

Jeunes demi-romain, mes passions sont la physique quantique et la biologie … ah non excusez moi, ceci est mon discours de S. La vérité c'est que mon esprit navigue au delà des frontières de l'histoire et de l'art dans des mondes abstraits ou règnes les œuvres antiques comme contemporaines. Quand je n'écrit pas un article, je dessine, architecture et mode sont mes thèmes favoris. Mais la lecture prend aussi pas mal de mon temps, à croire que les lettres de mon moulins m'aère l'esprit.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.