Nemausus, le récit d’une cité antique

Vous connaissez sans nul doute l’empire romain, mais connaissez vous réellement l’histoire de l’une de ses cités ? Ce n’est pas grave si ce n’est pas le cas, je vais m’en charger. Voici un court résumé de l’histoire Romaine de Nemausus ou de nos jours Nîmes, l’une des villes les plus antiques de France. Au grand plaisir des nîmois car vous trouverez surement quelques passages illuminants notre belle et somptueuse ville. Après tout je n’allais pas mentir pour paraître moins chauvin… Allez voici le début de l’histoire d’une ville bi-millénaire.


Il y a un début à tout

Tout commence il y a 2 600 ans, vers la fin de VIe siècle avant J.C. C’est de cette époque que remonte les premières traces d’habitations. Ce sont aux Volques Arécomiques que l’on attribue la fondation de la ville, ce peuple présent dans de nombreuses régions suite à leurs diverses migrations ont fait de Nemausus leur capitale, installés proche de l’actuelle source de la fontaine puisqu’elle est l’une des plus abondantes de la régions , les habitants la divinisent rapidement en l’honneur du dieu Némoz, latinisé en Nemausus qui devint notre si célèbre Nîmes (puis Denim mais cela est une autre histoire). De la vie, de l’eau et voila que la capitale Arécomique devient l’une des plus grandes cités de la région, une première enceinte en pierre sèche pointillée de tours de garde est construite, dont la Tour Magne. Cet enceinte était déjà 5 fois supérieure à la moyenne des autres cités avoisinantes


Et puis un jour … les Romains débarquèrent


Les Nîmois qui avaient prospéré grâce aux commerces, possédaient des contacts sur tout le pourtour de la Méditerranée. Étant donc connus, une amitié se lia entre le peuple Nîmois  et les Romains : aucune goutte de sang ne coula donc à Nemausus lors de sa prise par l’empire. Bien au contraire cela les avantagea par rapport aux autres colonies voisines en recevant de nombreuses faveurs.

César en fit une base arrière pour son armée dans sa conquête du reste de la gaule. Qui tourna aux carnage pour les gaulois qui ne voulaient pas se rendre, comme le célèbre Vercingétorix, « père des Français » dit on. Qui pendant que les Nîmois jouissaient de l’amélioration des conditions de vie apportée par les romains, combattait l’envahisseur du haut de son oppidum assiégé et affamé, obligé de déposer ses armes devant l’armée de César trop puissante (et aidée des nîmois, désolé la Gaule nous n’étions pas dans votre camp à cette époque).

Vercingétorix déposant les armes devant César et son armée

Jusqu’à l’avènement d’un Empire


Quant à l’héritier de César, Octave (Auguste), il fit de Nemausus une colonie de droit latin nommée Colonia Augusta Nemausus. Auguste devint alors le grand mécène de la cité. Surement amoureux de cette ville, il fit ériger un immense rempart de 6 km alors que la pax romana était à son apogée et que les premiers barbares se trouvaient à des centaines de kilomètres. C’est à ce moment que la Tour Magne prit l’apparence qu’on lui connait. Il est facile de déterminer que la construction de cet enceinte, qui fut l’une des plus grandes de l’empire, avait pour but d’embellir la ville et d’affirmer sa richesse plus que de la protéger.

Nemausus aura donc les moyens de se romaniser à l’image de Rome, un forum avec un temple (la maison carré) en l’honneur des enfants d’Auguste y est construit, par la suite c’est  un aqueduc plein de prouesses et de défis techniques qui fut réalisé. Le Pont du Gard est son plus bel emblème puisque qu’il s’agit du plus haut aqueduc jamais réalisé par les romains et ouais, alors ce sont qui les chouchous de Rome (surtout qu’il n’y avait nul besoin d’eau à Nîmes). Apres fut le tour de l’amphithéâtre qui est sorti de terre tout aussi ravissant que le reste des monuments nîmois, il profita des dernières inventions de l’époques le rendant plus résistant que les anciens Amphithéâtres . Sans oublier les majestueux termes du sanctuaires de la Fontaine dans lesquels se cachent le temple de Diane et un théâtre enfoui.


Et l’argent dans tout ça


La ville est devenue très riches puisque l’axe si connu de nos jours qu’est la via dominita passait au sein de la ville fortifiée. Cet axe relie l’Italie (Rome) à l’Espagne (pour finir au détroit de Gibraltar sous le nom de via Augusta). Les commerçants et autres marchands ou même voyageurs faisaient surement une halte dans la ville de Nîmes et permettaient au passage à  l’économie locale de prospérer en consommant et en payant peut-être une taxe d’entrée dans ville. En plus d’être dans les petits papiers d’Auguste , la ville était très riche . Elle frappait même sa propre monnaie, le Dupondius au crocodile qui sont aujourd’hui les armoiries de la villes et qui représente la victoire d’Auguste face à Marc Antoine et Cléopâtre, soumettantl’egypte au passage (pas du tout de quoi se venter) , surtout que les mieux gradés des soldats étaient en grande partie propriétaires de lopins de terres dans notre cité.


Ces monuments toujours visible aujourd’hui et dans des états de conservation uniques au monde ont fait la renommé de la ville antique comme moderne. Au grand plaisir de nombreuses générations de nîmois qui ont grandi et construit leur vie avec.

avatar

brice delamare

Jeunes demi-romain, mes passions sont la physique quantique et la biologie … ah non excusez moi, ceci est mon discours de S. La vérité c'est que mon esprit navigue au delà des frontières de l'histoire et de l'art dans des mondes abstraits ou règnes les œuvres antiques comme contemporaines. Quand je n'écrit pas un article, je dessine, architecture et mode sont mes thèmes favoris. Mais la lecture prend aussi pas mal de mon temps, à croire que les lettres de mon moulins m'aère l'esprit.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.