Le tourisme 2020 : une catastrophe économique

Cette première partie de l’année 2020 a été une vraie catastrophe économique pour tous les secteurs d’activités, notamment durant le confinement. Désormais cette difficulté se profile pour le secteur touristique.

Tout d’abord, il faut savoir que la France est un pays qui vit du tourisme. En effet, il s’agit de 7,5% du PIB (=produit intérieur brut, richesse d’un pays) et plus de 100 milliards d’euros de recettes.

Cette année, alors que les frontières sont sources de restrictions, ce sont les touristes français qui profitent de la France.

Du côté du littoral, les touristes sont présents en plus ou moins grande quantité.

Néanmoins, à Paris, les visiteurs étrangers manquent cruellement pour les grands restaurants, hôtels, mais aussi pour les musées… Il faut savoir qu’à Paris, le tourisme, c’est 60% d’étrangers et que l’été représente 26% de la fréquentation de l’année. Alors certes, c’est un bon plan pour tous les français qui souhaitent visiter Paris car il y a beaucoup moins de monde, néanmoins cela reste une situation inquiétante pour tous les professionnels. 

Mais l’impact de post-confinement n’est pas terminé et il continue ses ravages avec les jeunes (et pas seulement !). En effet, près de 50 000 emplois saisonniers non pourvus et près de 10 milliards d’euros perdus avec des vacances d’hiver écourtées, des week-end annulés (le week-end de Pâques) et des mois de mai et juin compliqués. 

Le tourisme pas le seul secteur impacté

Et ce n’est pas fini ! Le tourisme des affaires ainsi que le secteur aérien sont également touchés ! 

Prenons l’exemple des transports: la plus grande entreprise française ferroviaire, la SNCF, accumule une perte de 3,7 milliards d’euros. Les entreprises aéronautiques passent dans le rouge, même si Airbus s’en sort mieux que Boeing. L’entreprise a en effet perdu 1,9 milliards d’euros en 6 mois. Toutes ces sociétés ont prévu un plan de relance économique en licenciant par exemple certains de leurs salariés. 

Le tourisme subit la plus grave crise économique jamais connue. Malgré quelques aides du gouvernement (18 milliards d’euros d’aide en mai), celles-ci ne suffiront peut-être pas à tous les professionnels du tourisme qui devront sûrement mettre la clé sous la porte. 


Auteur

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.