Retour sur un passé apocalyptique : Fukushima

Le 12 mars 2011 au Japon a eu lieu l’accident nucléaire de Fukushima. Il s’agit du deuxième accident le plus grave lié au nucléaire, derrière celui de Tchernobyl. Le Nim revient pour vous sur cet accident nucléaire apocalyptique.

Centrale nucléaire de Fukushima, avant l’accident.


Un retour dans le passé …


Le vendredi 11 mars 2011, à 14 heures et 46 minutes, a lieu un tremblement de terre en plein Océan Pacifique. Un fait plutôt banal au début : la centrale s’est donc mise en arrêt. Il fallait d’abord refroidir les réacteurs, la centrale a donc mis son système de refroidissement en fonctionnement.

Néanmoins, quelques minutes plus tard, les autorités japonaises se rendent compte qu’un énorme danger menace les populations habitant sur le littoral : un tsunami de 15 mètres s’est formé suite au séisme.

Le tsunami arrive alors sur la centrale et la percute violemment celle-ci. Cela provoque un arrêt de l’électricité dans la centrale et donc un arrêt du système de refroidissement


Tsunami en pleine ville, Japon 2011.

Grâce aux systèmes de secours de cette centrale, l’électricité doit normalement être assurée par les groupes électrogènes, cependant ces derniers sont situés dans les sous sols remplis d’eau, ils ne peuvent donc plus fonctionner. L’armée cherche alors une autre solution en amenant 70 camions générateurs d’électricité. Face aux dégâts, les camions ne peuvent malheureusement pas alimenter la centrale …

Les réacteurs de la centrale ne sont plus refroidis et la température dans le réacteur ne cesse d’augmenter. Il faut donc trouver une solution pour refroidir à tout prix le réacteur pour éviter une explosion. L’eau douce est d’abord utilisée par les pompiers, mais après quelques temps les camions sont rapidement vides. C’est alors qu’ils vont, avec l’accord du gouvernement, mettre de l‘eau mer, jamais utilisée jusqu’alors sur une centrale (on ne connaissait ni les problèmes, ni les dangers potentiels) dans le réacteur pour le refroidir.

Les pompiers alternent alors entre eau douce arrivée des camions et eau de mer jusqu’au lendemain.

Le 12 mars 2011 au matin, malgré l’injection d’eau dans les rédacteurs, les barres combustibles fondent complètement et percent un trou dans le réacteur. C’est ainsi que les techniciens vont mesurer le taux de radioactivité sur le site (à l’extérieur) et, sans surprise, il est très élevé (8 fois supérieur au taux normal). 

Au milieu de l’après midi,  à 15 h 36, une soudaine explosion intervient et laisse dans l’air des taux de radioactivité extrêmement dangereux pour les populations voisines.

Une deuxième explosion a lieu le 14 mars 2011, un autre réacteur qui n’a pas été assez refroidi explose à son tour et, pour terminer, le dernier réacteur explose lui aussi le 15 mars 2011.

L’explosion du dernier réacteur entraîne un incendie, les autorités demandent alors qu’un bon nombre de personnes quittent les lieux. Des hélicoptères sont envoyés pour éteindre le feu de la centrale mais cela est totalement inefficace. Quelques jours après, le feu finira par s’arrêter. Bien que la centrale présente ensuite moins de danger, des particules radioactives se sont déjà répandues partout dans le monde et sont très nocives.


Incendie de la centrale nucléaire de Fukushima, 2011

Et aujourd’hui ?


Aujourd’hui, la centrale et les villes qui l’entourent sont totalement abandonnées.

Les eaux utilisées ayant été contaminées par la radioactivité, les autorités ont décidé de ne pas les rejeter en mer mais de les filtrer (dès 2021) dans des machines spécialement conçues pour diminuer la radioactivité de l’eau. Cette extraction durera très longtemps, on estime que cette décontamination se terminera en 2040/2050.

Cet accident nucléaire est le deuxième plus important jamais connu derrière Tchernobyl, et laisse des traces dans les mémoires. 

Par ailleurs, comme tout accident nucléaire, on ne peut pas vraiment dénombrer le nombre de morts exact. Néanmoins, selon des études de 2018, le nombre de morts serait aux alentours de 20 000.


N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des questions, des remarques…

Auteur

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.