Retour sur un passé apocalyptique : Tchernobyl

La catastrophe de Tchernobyl, survenue le 26 avril 1986, a été la pire catastrophe nucléaire jamais connue. La centrale nucléaire de Tchernobyl était le plus gros employeur des alentours de cette ville, 4000 personnes y travaillaient quotidiennement. Il s’agissait de la centrale la plus récente ou du moins la plus développé du pays. Le Nim enquête pour vous sur la pire catastrophe nucléaire. 

Tchernobyl (en 2019), une ville abandonnée

Dans les années 1970, Tchernobyl était une ville sur-développé avec un bon nombre d’habitant (environ 50 000 habitants). Elle avait tout pour elle, des écoles, des parcs, des magasins, un grande-roue. Néanmoins, avec ce qu’il c’est passé après, Tchernobyl va devenir une ville fantôme…

La grande roue de Tchernobyl toujours présente.

La journée la plus catastrophique dans le nucléaire

Le 25 avril 1986 au matin, les ingénieurs de la centrale voulaient voir si, en cas de panne de courant, les turbines pouvaient continuer de tourner pour assurer le bon fonctionnement des pompes et du système de refroidissement afin d’éviter une explosion.

Avant de réaliser l’opération, les ingénieurs devaient abaisser la puissance du réacteur en passant de 1500 MW(=MégaWatts) à 700 MW, grâce à des barres de contrôle qu’ils mettent plus ou moins bas dans le réacteur.

En abaissant la puissance, les ingénieurs n’arrivent plus à contrôler les niveaux en passant les 700 MW, ils atteignent donc 30 MW. Ce niveau d’énergie peut mettre en péril le système de refroidissement de la centrale, ce qui peut entraîner une explosion. Les ingénieurs décident alors de refaire monter ce niveau d’énergie en remontant les barres de contrôle mais ils en retirent trop, le réacteur monte alors en puissance en passant les 700 MW. C’est alors que la centrale devient totalement incontrôlable.

Le chef de bord de la salle de commande veut tout de même réaliser le test, malgré le niveau instable du réacteur. Les ingénieux vont alors couper le refroidissement automatique de la centrale. Sauf qu’en faisant cela, les opérateurs ont provoqué un réchauffement dans le réacteur. Comme ils ne peuvent plus refroidir le réacteur, la pression dans le nucléaire augmente et devient totalement incontrôlable. La puissance fait alors augmenter la température (tout augmente, il semble impossible de contrôler la centrale) jusqu’à 30 000 MW.

Les opérateurs vont alors mettre en place l‘arrêt d’urgence sauf qu’il est déjà trop tard pour utiliser cette solution. Une dernière chose va être utilisée pour éviter l’explosion, il s’agit du frein du réacteur, qui doit s’enclencher en remettant les barres de contrôles du réacteur. Il faut 18 secondes pour les descendre sauf qu’il est, cette fois encore, déjà trop tard

Il était 1 heure, 23 minutes et 44 secondes le 26 avril 1986 quand la situation devient catastrophique. Une explosion nucléaire survient et laisse sortir du gaz nucléaire extrêmement nocif pour la santé des employés et des habitants des alentours (notamment le centre ville de Tchernobyl). Sur le coup, une seule personne est décédée.

Des pompiers, militaires, ingénieurs, etc sont envoyés pour trouver une solution à cette fuite nucléaire, néanmoins, en allant là-bas, ils sont envoyés à la mort sans en être vraiment conscients.

Les doses de radioactivité sont alors 300 000 fois supérieures à la dose naturelle. A cette échelle, la radioactivité devient mortelle pour l’Homme. Néanmoins, les ordres ont été données aux hommes de terrains et ils ont dû aller recouvrir le réacteur avec de sable pour éviter que le gaz radioactif ne continue de sortir du réacteur.

Le 26 avril 1986 au matin, tous les habitants vivaient leur vie sans se douter qu’un danger flottait au dessus de leurs têtes. Des habitants allaient déposer leurs enfants à l’école, d’autres allaient travailler… Durant la mâtinée, une sirène hurlante s’est mise à retentir dans la ville pour faire évacuer Tchernobyl. Cette dernière allait alors devenir totalement déserte.

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, on ne peut pas vraiment savoir le nombre de décès causés par cette explosion. Ce qui est sûr, c’est que 30 personnes sont mortes autour de la centrale le 26 avril (dont une pendant l’explosion). Une hausse des cancers a tout de même été observée quelques années après cette catastrophe, mais est-ce à cause de l’explosion de la centrale ? Nous n’avons toujours pas la réponse …

D’autre part, la ville de Tchernobyl est aujourd’hui encore une ville fantôme, tout comme la centrale. Des travaux sur cette dernière ont été réalisés. En 11 ans, une gigantesque arche a été construite afin de recouvrir la centrale pour éviter, en cas de fuite, la sortie de gaz radioactif.

L’arche de Tchernobyl

N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des questions, des remarques …

Auteur

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.