Les masques : la pollution de demain ?

Les masques envahissent les sols durant cette période de déconfinement… Est-ce une nouvelle forme de pollution ? Oui, les masques à usage unique sont fabriqués par milliers. Leur fabrication polluante pose problème, en plus de la population qui ne respecte pas l’environnement en les jetant par terre… 


A quoi servent les masques chirurgicaux ? 

Pendant cette période de « liberté », il est important de se protéger en respectant les gestes barrières et en portant un masque. Les masques chirurgicaux utilisés par les professionnels de santé sont à usage unique. Ils vont retenir vos postillons, et donc vos microbes, pour protéger les autres. Il est ainsi impératif que les personnes infectées portent un masque pour protéger leur entourage. Il est efficace à moins de 90% et 4 heures maximum, car l’humidité colmate la couche filtrante. A noter que ce masque vous protégera très peu des microbes que vous pouvez inhaler. Ce masque est plus efficace qu’un masque en tissu, mais ceux de la gamme FFP offrent en plus une protection lors de l’inspiration.


La pollution au rendez-vous…

Un masque chirurgical est constitué de trois couches dont une couche filtrante. Un masque est fait à partir de textile non-tissé, composé de fibres. Les fibres peuvent être naturelles ou chimiques, donc non dégradables… La production d’un masque utilise du plastique, notamment du polypropylène, un dérivé du pétrole non dégradable et non recyclable je vous laisse imaginer les dégâts … Jetés par terre, ils resteront intacts sur le sol pendant plus de 400 ans, et atteindront les océans. Oui, tous ses masques, gants, arriveront à tuer des milliers d’animaux.

Même s’il est conseillé de porter un masque

utilisez-le intelligemment !


Quelques chiffres sur la pollution 

5 000 milliards

de sacs en plastique sont utilisés chaque année dans le monde.

1,5 millions

d’animaux tués chaque année à cause du plastique.

73%

des déchets sur la plage sont des plastiques.

450 ans à l’infini.

est la durée de vie du plastique dans la nature.

6 millions

de morts chaque année dans le monde à cause de la pollution de l’air. 


La lutte contre la pollution 

Les scientifiques et les industriels cherchent à produire les masques de demain, biodégradables de préférence, pour limiter la pollution. Des fabricants se lancent aussi dans la fabrication de masques textiles et naturels.

Jusqu’à la création de nouveaux masques biodégradables et certifiés, il est préférable d’utiliser des masques « faits maison » et lavables, type Afnor. 

Une amende serait-elle nécessaire aux irrespectueux de la nature pour leur faire comprendre que les poubelles existent ?  Oui, elle est en ce moment envisageable et pourrait s’élever à 300€. 

A très bientôt pour de nouveaux articles, restez chez vous et protégez vous !

avatar

Victoria Roumestan

Curieuse, j'aime découvrir et apprendre des nouvelles choses chaque jour. Je suis passionnée de sport. J'ai pratiqué la danse contemporaine et classique 10 ans au conservatoire de Nîmes. J'ai aussi eu la chance de découvrir pendant mes années lycée, le yoga, et le patinage artistique. Ouverte au monde artistique, j'ai fais du théâtre au conservatoire depuis 3 ans. Aujourd'hui, je fais des études à Paris, des études préparatoires en biologie (prépa bcpst) au lycée Marcelin Berthelot. J'aimerais plus tard me tourner vers un métier dans le domaine de la nutrition ou de la médecine.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.