Un groupe de jeunes fêtards contourne les règles du confinement

Depuis le début du confinement, nombreux sont les parents qui constatent que les adolescents sortent rarement de leur chambre avant 11h ou midi, et ce dans toute la France. Tous rejettent la faute sur les écrans, les conversations tardives avec des amis, les jeux vidéo … cependant, à Nîmes, le problème est tout autre. En effet, un groupe de jeunes fêtards a été démasqué. Des lycéens et étudiants se retrouveraient dans des sous-sols, dans des bois ou dans des bars clandestins pour faire la fête en secret. Tout le monde n’en aurait jamais rien su si la dernière soirée en date, avec un thème « Moyen-Âge » demandé par les lycéens en filière littéraire du lycée Alphonse Daudet, n’avait pas tourné au drame après une bagarre violente. On décompte un blessé grave et deux blessés légers, directement envoyés à l’hôpital. La bagarre aurait éclaté entre un groupe de fans de rock et des archères féministes, suite à un débat mouvementé au sujet de la place des femmes en Europe au Moyen-Âge.

Jérémy est vraiment allé trop loin, il a voulu provoqué les filles qui débattaient et a dit « Je ne t’ai pas autorisé à parler, femme » alors Célia a tout de suite décoché une flèche. Heureusement, elle l’a raté. On a frôlé le drame, vraiment.

Edgard, 17 ans, fêtard clandestin

Contre tout attente, les arcs et les points américains n’ont pas été la cause des blessures. Les blessures légères auraient été occasionnées par un lancer de calices servant à décorer la pièce pour le thème Moyen Âge. Le blessé grave, quant à lui, raconte avoir été piétiné par ces amis qui ont fuit la fête lorsque les forces de l’ordre sont arrivées, afin de ne pas payer l’amende.

Que des jeunes aient pu organiser de nombreuses soirées sans se faire remarquer semble incroyable. Comment trouvent-ils les lieux ? Comment connaissent-ils la date, le thème ? Leur organisation est extrêmement solide, et ce grâce à un mystérieux jeune homme, dont personne ne connait l’identité, qui donnent les informations nécessaires via des indices dissimulés dans des messages postés sur les réseaux sociaux. Ce jeune, qui semble être un étudiant de la faculté de Nîmes, se fait surnommer le King et arbore à chaque événement un costume pour le moins étonnant, un crâne de chèvre et une cape noire, afin de dissimuler son apparence.

Les jeunes nîmois ne manquent pas d’idées pour s’amuser. Chaque soirée a un thème et un code vestimentaire est imposé. Toutes les filières s’y retrouvent et chaque étudiant ou lycéen peut proposer son idée, qui sera ensuite acceptée ou non par le King. Soirées du Moyen Âge, costumes des années 20, thèmes effrayants ou mignons … tout le monde peut trouver ce qu’il aime dans ces fêtes. Ce qui attire ? L’originalité, bien sûr, mais aussi le secret, la part mystérieuse que renferment ces événements. En effet, tous les jeunes à qui nous parlâmes nous dirent qu’ils aimaient par dessus tout retrouver dans ces soirées l’extravagance, l’euphorie et le côté interdit que l’on retrouve dans des séries et des films connus, comme Gatsby, Peaky Blinders, le Loup de Wall Street ou Gossip Girl.

On s’ennuyait beaucoup en restant toute la journée chez nous. Regarder des vidéos sur Instagram ça va un jour, mais un mois ou deux … alors quand on voyait qu’une soirée était organisée c’était génial ! Ces fêtes c’est l’occasion de devenir quelqu’un d’autre, d’être une star, de se maquiller, de se costumer … un peu comme dans un film ! Et puis on peut avoir un vrai contact avec d’autres jeunes, ça nous console un peu après l’annulation des bals de fin d’années et de la féria …

Amandine, 18 ans, lycéenne

Pour l’heure, l’organisation des soirées clandestines semble s’être arrêtée, le fameux King préférant sans doute rester caché. Les parents des jeunes ayant participé aux fêtes se disent choqués et surpris par l’inconscience de ces derniers. L’affaire ne s’arrêtera sûrement pas là, les adolescents seront tous interrogés dans les prochains jours pour découvrir l’identité de l’organisateur afin de lui faire cesser toute activité pouvant enfreindre les règles de confinement mises en place pour protéger la population. Un chose est sûre, la jeunesse nîmoise a rangé les déguisements et la musique pour se replonger dans des activités plus calmes et solitaires en attendant la fin de cette période exceptionnelle.


Ceci est une fake news, toutes les photographies sont issues de la série Riverdale, disponible sur Netflix.

Auteur

avatar

Naïs Salom

Je suis lycéenne en terminale scientifique à Nîmes. Véritable rat de bibliothèque, passionnée d'écriture et de dessin, je partage mon temps libre entre des livres, un carnet à dessin et mon ordinateur. Je sacrifie mon sommeil pour regarder des films ( principalement pour pleurer devant Into the Wild ou Mommy) et dessiner des astéroïdes à l'encore noire. Curieuse et toujours en quête de nouvelles découvertes, j'aime visiter de nouveaux pays et rencontrer de nouvelles personnes.

You may also like...

1 Response

  1. mai 3, 2020

    […] Un groupe de jeunes fêtards contourne les règles du confinement – Riverdale […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.